BOURREAU-CRATIE

BOURREAU-CRATIE

 

 

 

Chez nous, il est une situation qui a tendance à s’éterniser, à se normaliser et à devenir à la longue franchement exaspérante ! Il s’agit du service public tel qu’il « dysfonctionne » aujourd’hui. En effet, il faut dire, sans généraliser bien sûr, que nombre de préposés au service public remplissent leur rôle avec un certain mépris (quelquefois avec un mépris certain) vis-à-vis des citoyens-contribuables dont ils font pourtant partie intégrante !

 

Que ce soit ici, là, là-bas ou là-haut, enfin bref, auprès des différentes administrations, institutions ou entreprises, le pauvre citoyen est tenu d’accomplir mille et une prouesses dignes du meilleur acrobate pour arriver à ses fins, et ce, quand il a la chance d’avoir la chance avec lui.

 

Mais enfin, d’où provient cette propension au sadisme de la part de ces employés dont le plus clair de l’emploi du temps se résume à... l’emploi du ton ? Quelle satisfaction tirent-ils en faisant tant souffrir leurs semblables ? Mais pardi, pourquoi la seule délivrance d’une pièce administrative, ou l’accès à un service public, relèvent-ils presque du miracle ?

 

Pourtant, il suffit de mettre en application cette vérité connue de tous et qui recommande : « Fais à autrui ce que tu voudrais qu’on te fît ». Et en plus de l’amour du prochain, le fait d’accomplir consciencieusement le travail pour lequel on est payé, ne procure-t-il pas une autosatisfaction légitime ?

 

Heureusement pour les citoyens désarmés que nous sommes, nous tombons de temps à autre sur des agents agréables, polis et souriants qui nous mettent du baume au cœur et nous réconcilient avec cette déontologie qui devrait être l’apanage de tout préposé à un service public. Et même si ces personnes, toujours citées en exemple, ne sont pas hélas nombreuses, leur existence nous permet souvent d’espérer d’avoir affaire à elles avant chacune de nos démarches administratives ou autre.

 

Que la vie serait belle et facile à vivre si chaque Algérien était conscient de l’importance de sa tâche et du devoir de s’en acquitter convenablement ! Que la vie serait belle et facile à vivre si, de part et d’autre du guichet, chacun faisait montre d’une compréhension parfaite ! Que la vie serait belle et facile à vivre si tout un chacun respectait tout un chacun !

 

Prions donc pour que ce rêve devienne un jour réalité, même si tout porte à croire que cette réalité restera encore un rêve...

 

Lem

 



10/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres