Entre FAIRE SAVOIR et SAVOIR-FAIRE


Dans les pays sous-développés, ce qui caractérise les responsables c’est la satisfaction ostentatoire affichée quand ils présentent leurs bilans d’activités aux citoyens : Aucune lacune n’est mentionnée, aucune insuffisance n’est reconnue. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes !

 

Or, le citoyen, ne se nourrissant pas de chiffres, est loin d’être aussi satisfait que le responsable en question parce que c’est lui qui est confronté dans la vie de tous les jours aux mille et une épreuves imméritées.

 

Faut-il donc penser que le dirigeant a menti en exposant son bilan ? Non, loin s’en faut ! Les chiffres avancés sont exacts. Il a simplement omis de dire aux contribuables trois choses :

 

1- Combien a-t-il dépensé pour réaliser le programme en question ;

2- Combien de temps a-t-il mis pour achever cette œuvre ;

3- Et surtout, combien de projets n’a-t-il pas réalisés et pour lesquels l’État l’avait chargé de mener à bien.

 

Impéritie dites-vous ? En effet, ce qui caractérise les pays sous-développés, c’est la présence de cette grossière et mortelle impéritie dans tous les secteurs et à tous les niveaux. Sinon, comment expliquer que depuis belle lurette, la logique, le bon sens, la rationalité, sont remisés aux vestiaires ?

 

Ceci expliquant cela, il faut reconnaître que l’échelle des valeurs dans les pays sous-développés réside seulement dans la différence entre les bons médiocres et les mauvais médiocres.

 

C’est ainsi qu’on peut y trouver des mauvais mais bons ; des mauvais mauvais ; des bons mais mauvais ; des bons bons... Mais dans tous les cas de figure, même avec les bons bons, la dragée est toujours amère et difficile à avaler !

 

 

 



31/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres