Interview (presque) imaginaire : Inter… NIET

 

Interview (presque) imaginaire

 

téléchargement.jpg

 

Inter… NIET

 

 

 

 

  • Monsieur le ministre de la poste et des télécommunications, votre ministère a-t-il un site ?

 

  • Bien sûr, et depuis déjà plusieurs années.

 

  • Je n’arrive pourtant pas à y entrer…

 

  • Curieux. Pourquoi donc ?

 

  • Parce que la connexion est défectueuse.

 

  • Avez-vous fait une réclamation auprès de l’Actel ?

 

  • Bien sûr. Régulièrement, chaque jour, chaque semaine et chaque mois.

 

  • Que vous répond-on alors ?

 

  • « Appelez le douze ». C’est la réponse automatique et itérative. Et quand j’appelle le douze, on me raccroche au nez ; c’est comme qui dirait « Douze M’3ahoum » (Pousse avec eux).

 

  • De quelle Actel régionale s’agit-il ?

 

  • De la région Algérie, monsieur le ministre.

 

  • Quoi ? Vous voulez-dire que ça ne fonctionne pas partout ?

 

  • Si, ça fonctionne le temps de le dire, puis plus rien… En matière d’internet, c’est plutôt « interflou ».

 

  • Peut-être n’avez-vous payé votre facture et…

 

  • Pardon de vous interrompre, monsieur le ministre, mais les factures (qui sont plutôt des fractures budgétaires) sont payées régulièrement, alors que les longues pannes subies par l’usager ne sont jamais remboursées. Autrement dit, nous payons du vent et récoltons la tempête…

 

  • Je vais voir cela de plus près même si je suis actuellement absorbé par l’avènement de la 3G.

 

  • Avec tout le respect que je vous dois, monsieur le ministre, il vaut mieux une G qui fonctionne qu’une 3G qui stationne.

 

  • Bon, je vais appeler tout de suite ce service. Allo, allo, la direction d’Actel ? Pas possible, personne ne décroche !

 

  • Je vous l’ai dit, monsieur le ministre, personne ne travaille, tout le monde a… décroché. Vous pouvez insister et appeler douze fois, vous verrez que tout est… combiné. Comme quoi, « allo » c’est à l’eau…

 

  • Ah, ils vont m’entendre !

 

  • Pardon monsieur le ministre, mais pour cela, il faut d’abord qu’ils écoutent. Vous pouvez insister, il n’y aura aucun « Djaweb ». Sans vouloir être ironique, pour moi Actel fait penser à un nœud, une dispute ou un blocage. Je vous dis cela parce les anagrammes de cette appellation sont : lacet, éclat, tacle…

 

            Lem

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



08/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres