KHERRATA DÉCÈS DE ZERARGA Nacerdine, Dit Ahmed : HOMMAGE À UN GRAND ÉDUCATEUR

 

 

KHERRATA

DÉCÈS DE ZERARGA Nacerdine, Dit Ahmed :

HOMMAGE À UN GRAND ÉDUCATEUR


 


Dans nos villes et villages existent des personnages remarquables, très en vue, que tout un chacun connaît et en reconnaît les mérites. C'est le cas du regretté Zerarga Ahmed qui vient de nous quitter à l'âge de 62 ans. Issu de la vieille école, il a consacré toute sa vie à l'éducation et à la formation des jeunes générations. En bon pédagogue, il a semé à tout vent autour de lui connaissance, éducation et conscience.


Il avait réglé sa conduite sur un crédo qui peut être traduit comme suit : culture, culture toujours, encore culture.  Doué d'une bonne mémoire, et animé d'une curiosité constamment en éveil, il se distinguait par l'étendue de son savoir qui poussait ses concitoyens à rechercher sa compagnie assidûment. Et, ce qui ne gâtait rien, Ahmed ne ratait aucune occasion pour formuler une tournure humoristique dont il était devenu un véritable accroc.


Ses qualités intellectuelles et son abnégation entière l'avaient amené tout naturellement à occuper, de 1979 à 1984, la charge de premier magistrat de la commune qui l'a vu naître.  Il fut à ce titre, à 29 ans, le plus jeune maire de l'histoire de la circonscription locale. La population garde toujours en mémoire le visage placide de ce président d'APC qui ne lésinait sur aucun effort pour répondre autant que faire se peut aux besoins de ses administrés.


Puis, vinrent la retraite et l'insidieuse maladie qui affaiblit, consume et finit par emporter… Ahmed n'a cessé de lutter contre ce mal qui le rongeait inexorablement. Parti chez sa fille en Italie pour espérer venir à bout de cette pathologie, la Faucheuse, hélas, en a décidé autrement. Cependant, malgré son état de santé, Ahmed mit à profit son séjour dans la péninsule transalpine pour apprendre la langue italienne qu'il assimila en peu de temps. Ah ! Culture quand tu nous tiens !


Adieu Ahmed. Ton absence est présente partout, si bien que ta présence ne peut être absente. Tu resteras toujours vivant à travers tes œuvres méritoires, à travers les graines que tu as plantées, à travers tes innombrables disciples qui perpétueront ta grandeur… et ton humour dont nous ne résistons pas à l'envie de t'adresser un modeste échantillon : « Nous continuerons d'apprécier l'eau d'ici en attendant de goûter à l'au-delà ».


Repose en paix frère…


Lem

 

 

 



22/01/2013
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres