LE TABLIER QUI... BLOUSE


LE TABLIER QUI.... BLOUSE


Dialogue entre un père et son fils

à la fin de la première journée de la rentrée scolaire



 

 

Le père

Alors Larbi, qu’est-ce qu’on t’a dit à l’école ?

 

Le fils

On nous a dit que le port du tablier est obligatoire.

 

Le père

Ah bon ?  Et en ce qui concerne les manuels scolaires ?

 

Le fils

Nous aurons un livre par table pour les titres disponibles. Quant aux titres manquants, on nous a assurés que leur livraison se fera bientôt.  En tout cas, avant la fin du trimestre.  Mais papa, n’oublie pas de m’acheter un tablier. Je te rappelle qu’il est obligatoire.

 

Le père

Oui, oui.  Mais combien êtes-vous dans la classe ?

 

Le fils

Un peu plus de 40 élèves.  C’est formidable !  Plus on est de fous, plus on s’amuse !  De plus, comme on est nombreux, le professeur ne pourra pas interroger tous les élèves. C’est chouette !  Dis, papa, tu y penses à mon tablier ?

 

Le père

Bien sûr.  Parle-moi de tes professeurs.

 

Le fils

Il nous en manque deux pour le moment.  Le professeur de sciences naturelles nous a dit que par manque de matériel scientifique, les travaux pratiques seront désormais théoriques.  Le professeur de géographie a fait toute une histoire à cause de l’absence dans l’école de cartes géographiques.  Mais tous nos professeurs ont insisté sur l’obligation faite aux élèves de porter un tablier.

 

Le père

Est-ce qu’on t’a remis ton emploi du temps ?

 

Le fils

Oui, bien sûr.  J’aurai à travailler 36 heures par semaine sans compter les devoirs à faire à la maison.  C'est-à-dire plus de 40 heures !  Et si l’on considère que l’heure à l’école est égale à 60 mn, contrairement à votre heure de travail qui n’excède pas 20 mn, je peux dire fièrement que je travaillerai trois fois plus que toi, papa.  Tu devrais penser à me nourrir en conséquence.  Bon, maintenant allons acheter mon tablier !

 

Le père

Tout à l’heure, tout à l’heure ! 

Comment as-tu trouvé ton école, ta classe ?

 

Le fils

Tu sais, mon école je la trouve un peu éloignée de la maison.  Quant à ma salle de classe, elle est froide, mal éclairée, presque inhospitalière.  C’est un véritable tableau noir !  Mais papa, j’ai l’impression que depuis tout à l’heure tu attaches beaucoup plus d’importance aux choses secondaires en cherchant à ignorer l’essentiel, c'est-à-dire le port obligatoire du tablier !

Je t’en prie, amène-moi un tablier !  Amène !  Amène ! Amène!

 

Le père

Arrête !  Larbi ne fait pas le moine !

 

*       

 

 

 

 

//

09/10/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres