Noureddine MELIKECHI, Un physicien algérien à la NASA

­­­

Noureddine MELIKECHI,

Un physicien algérien à la NASA


 

Combien de cerveaux algériens font le bonheur des pays étrangers parce que le leur les a ignorés et bafoués ? Certainement plusieurs milliers. Peut-être des dizaines de milliers. Sur les 25 pays fournisseurs d'immigrants au Canada, l'Algérie occupe la troisième place.
Elle fait partie de ces pays qui constituent des « réservoirs » de compétences bon marché pour les pays développés. Le phénomène, qui touchait auparavant les Algériens formés à l'étranger, s'est progressivement étendu à ceux formés en Algérie.

 

Aux États-Unis, la communauté algérienne, composée d'environ 18 000 personnes compte plus de 3 000 chercheurs et scientifiques de très haut rang.


C'est le cas de l'Algérien Noureddine Melikechi, né à Thénia (Ménerville), scientifique de renom dans la physique des Laser et qui occupe le poste de Doyen de la Faculté à l'université du Delaware aux États-Unis.


Il fait partie de la mission scientifique « ChemCam on Mars » dont la sonde spatiale doit être lancée le 25 novembre 2011 par une fusée Atlas V.


Sa contribution à l'équipe de ChemCam en tant que physicien consiste à faciliter l'analyse des données de spectroscopie induites par laser. On analyse par spectroscopie non seulement la lumière visible, mais aussi le rayonnement électromagnétique dans toutes les gammes de fréquence, les ondes élastiques comme le son ou les ondes sismiques, ou encore des particules.


D'autre part, quand il n'est pas accaparé par le programme ChemCam, il s'attaque à d'autres projets, entre autres les signatures distinctives pour la première détection de cancers.


Mais qu'est-ce que ChemCam ?



CHEMCAM (« CHEMistry CAMera ») est un instrument qui permet d'analyser à distance la nature, la composition et l'état d'altération des roches. Il utilise pour la première fois sur un engin spatial la technique d'analyse spectroscopique induite par ablation laser : un laser pulsé tire sur la roche à analyser provoquant la fusion de sa couche superficielle et générant un plasma. La lumière de désexcitation émise dans le visible et l'ultraviolet est collectée par un télescope et envoyée à des spectromètres qui établissent la composition chimique élémentaire de la roche. Avec une portée de 7 mètres, cet instrument permet d'analyser rapidement plusieurs échantillons de sol ou de roche et de déterminer s'il y a lieu de poursuivre l'analyse avec d'autres instruments. De plus son utilisation consomme relativement peu d'énergie. CHEMCAM est composé d'une partie optique montée au sommet du mat du rover et de trois spectromètres abrités dans le corps du rover avec la majorité de l'électronique. La partie optique comprend le laser (Laser-Induced Breakdown Spectrometer ou LIBS) qui envoie des impulsions venant frapper la cible sur un diamètre de 0,3 à 0,6 mm durant 55 nanosecondes. De 50 à 70 impulsions successives sont nécessaires pour obtenir une analyse spectrale correcte de la roche.



Noureddine Melikechi garde toujours en mémoire les belles années d'études brillantes entamées en Algérie où des professeurs remarquables lui ont inoculé la bosse des mathématiques. Aujourd'hui, ce chercheur voudrait apporter son concours au développement de son pays natal, mais rien ni personne ne semble s'intéresser à cette élite algérienne.


Ils sont plus de 30 000 chercheurs algériens établis à l'étranger. Beaucoup d'entre eux font partie de l'élite de leur pays de résidence, que ce soit en Europe, au Canada ou aux États-Unis d'Amérique. Avec leur compétence, leur expérience et leur savoir-faire, ils font le bonheur des économies occidentales.


Comment stopper l'hémorragie ? Peut-être en proposant la revalorisation du statut des chercheurs et en permettant l'apport ou le retour des élites expatriées, comme l'ont fait des pays comme l'Inde, la Chine et la Corée.

Lem

                                                                           

 

Mars Science Laboratory (MSL) est une mission d'exploration de la planète Mars à l'aide d'une astromobile (rover) développée par le centre JPL de l'agence spatiale américaine de la NASA. La sonde spatiale doit être lancée le 25 novembre 2011 par une fusée Atlas V. Le site d'atterrissage, que la sonde doit atteindre en août 2012, se situe dans le cratère Gale dont le sol reflète les principales périodes géologiques de la planète et pourrait avoir préservé les traces d'anciens organismes vivants si ceux-ci ont réussi à faire leur apparition. Au cours de sa mission le rover, baptisé Curiosity, va rechercher des traces de vie, analyser la composition minéralogique, étudier la géologie de la zone explorée et collecter des données sur la météorologie et les radiations qui atteignent le sol de la planète. La durée de la mission est fixée initialement à deux années terrestres et le rover est conçu pour parcourir 20 km.

 

 

Contact

Noureddine Melikechi, PhD.
Professor and Dean
College of Mathematics, Natural Sciences and Technology
VP for Research
Delaware State University
Dover DE 19901

Phone: 302 857 6656

Email :
nmelikechi@desu.edu


Dans le site suivant, voir l'équipe impliquée dans la mission dont Noureddine Melikechi :

//www.msl-chemcam.com/index.php?menu=bios&rubrique=61&sousrubrique=221&contact_page=bios&titre_url=Team%20-%20Bios

 

 

 

 

 

 



13/11/2011
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres