Parler pour... Causer


À l'école, on parle, on parle, on utilise des mots qui minimisent les maux pour former des mous

Dans les réunions et assemblées, on parle, on parle, jusqu'à ce que la règle du «je» devient enjeu et que l'ordre du jour devient désordre ; et, bien sûr, ce qui n'est plus à jour... nuit.

Dans les médias, on parle, on parle, on utilise l'écrit et les cris, on donne l'air de semer d'une façon claire alors que tout est clairsemé ; si bien qu'on ne fait plus de différence entre des informations et désinformation ; entre les médias qui sont sûrs et ceux qui censurent.

Ici, dans ce billet, on parle, on parle, alors que les gens ont ras-le-bol des affaires et de leurs dessous, et se demandent plutôt comment régler leurs affaires avec deux sous. D'ailleurs, un billet, n'est-ce pas d'abord un papier monnaie qui fait penser aux sous ?

Mais alors, faut-il parler ou se taire ?

A toi de voir.

Sache seulement que si la parole est d'argent, le silence est... tort.



17/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres